belem-sita-2-2000x2000

Une battante

« Grace au programme Epargner Pour le Changement, je suis épanoui. »

Le programme Epargner Pour le Changement (EPC) a permis à des centaines de femmes de s’organiser et de mener des activités génératrices de revenue en Afrique de l’Ouest.

EPC est une formule simple et adaptée aux besoins de renforcement des capacités des femmes rurales pour entreprendre et développer des AGR à travers la mobilisation de l’épargne locale et sa redistribution sous forme de crédits.

Maintenant nous épargnons 500 F par semaine depuis 7 semaines. »

Le Burkina Faso est un pays d’Afrique de l’Ouest qui est parmi les plus pauvres au monde. Le pays compte 13 régions dont le Nord. La commune de Ouahigouya est située au Nord du Burkina Faso, à 190 km de Ouagadougou la capitale. Madame Sita Belem est originaire du petit village de Reko situé à Ouahigouya. Agée de 40 ans, elle est mariée et mère de cinq (5) enfants. Elle est membre du groupe EPC de son village qui a été créé par l’ONG de mise en Œuvre ADEFAD de la Fondation Strømme en Janvier 2020 avec 24 autres femmes du village. C’était le premier groupe crée dans leur village et elles ont décidé de lui donner le nom «Relwendé » ce qui veut dire se remettre à Dieu dans la langue Mossi. 

« Quand j’ai intégré le groupe en début d’année 2020, je n’avais pas d’activité génératrice de revenu. Le chargé de groupe m’a sensibilisé à être membre et mon mari n’y a pas vu d’inconvénient. Nous avons commencé à épargner 250 F par semaine et cela pendant 34 semaines.  Maintenant nous épargnons 500 F par semaine depuis 7 semaines. »

belem-sita-3-2000x2000

« Au début, j’étais réticente à prendre du crédit mais quand j’ai eu le courage, j’ai pris 5 000 Fcfa (environ $9) avec lesquels, j’ai acheté du sucre et des bouillons que j’ai revendu. »

belem-sita-hands-2000x2000

« Malheureusement, depuis quelques mois, mon commerce tourne au ralenti comme beaucoup de membre des groupes EPC et même des habitants du village. »

Le courage de s’endetter
«Au début, j’étais réticente à prendre du crédit mais quand j’ai eu le courage, j’ai pris 5 000 Fcfa (environ $9) avec lesquels, j’ai acheté du sucre et des bouillons que j’ai revendu. J’ai pu avoir un peu de bénéfice. Au fil des mois, j’ai pu développer mon commerce. J’ai rajouté la vente de couscous et mes bénéfices ont accru conséquemment. Mon mari et mes enfants ont senti que je bougeais et ils m’ont donc énormément encouragé. J’ai commencé à contribuer aux dépenses familiales ce qui n’était pas pour déplaire à mon mari. Mon époux fait également du commerce, il vend de l’huile, du sucre du thé Lipton etc.  Son commerce est aussi fructueux par la grâce de Dieu. Avec mes bénéfices, je contribue dans les frais scolaires de nos enfants, j’améliore le plat familial quotidien et j’ habille les enfants.

L’arrivée du COVID 19
Malheureusement, depuis quelques mois, mon commerce tourne au ralenti comme beaucoup de membre des groupes EPC et même des habitants du village. Nous avions entendu parler d’une nouvelle maladie mais nous étions persuadées que c’était une maladie des occidentaux et que nous n’avions rien à voir avec cela. Petit à petit, la maladie a gagné le monde entier et le Burkina Faso n’a pas été épargné. 

Par la grâce de Dieu, aujourd’hui la situation dans mon pays s’améliore et mon mari et moi reprenons notre commerce

Un moment il y a eu même de la psychose par rapport à cela.  Comme on nous a dit à la radio, nous nous lavons les mains au savon tout le temps, nous essayons de respecter la distanciation sociale le plus possible. C’est d’ailleurs la grande raison pour laquelle mon mari et moi avons vu nos revenus diminués. Bien qu’il n’y ait pas eu de cas ici au village de Reko, les enfants auxquels je vends mes produits ont réduit leur consommation.  De plus les voyages étaient très limités ce qui a ralenti le commerce de mon époux également.

La perte de revenu
Entre le mois de Mars et le mois d’Aout, la situation était un peu désespérée pour ma famille et moi. Mes bénéfices hebdomadaires avaient diminué de moitié. Au lieu de 1 500 ($3) Fcfa par semaine, je me suis retrouvée à 750 ($1.5) Fcfa par semaine.  Nous n’étions pas contents de la situation mais comme nous sommes du village, nous avons pu survivre avec quelques astuces. Je fais du maraichage et de l’élevage de poules et mon mari avait des céréales dans le grenier familial.

Par la grâce de Dieu, aujourd’hui la situation dans mon pays s’améliore et mon mari et moi reprenons notre commerce. Même si nous n’avons pas encore atteint nos bénéfices du début, nous sommes en phase d’y parvenir et la Fondation Strømme à travers l’ONG ADEFAD nous aide beaucoup sur ce chemin. »